Sélectionner une page

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Sylvain Juneau est rabroué par le sous-ministre du MAMOT

img_6145

Saint-Augustin-de-Desmaures, le 28 août 2017.  Sylvain Juneau, en adressant une demande faussement urgente au sous-ministre du MAMOT le priant d’intervenir dans le dossier du Centre communautaire Jean-Marie-Roy (CCJMR), et qui plus est, en lui fournissant un dossier incomplet, a mis sa crédibilité et celle de la Ville en jeu.

Il a prétexté faussement que les conseillers majoritaires étaient sur le point d’accepter l’offre d’un promoteur et qu’ils se préparaient à investir en pure perte 1 M $ pour la réalisation de travaux considérés urgents par la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ), Dans sa lettre qu’il a adressée au sous-ministre le 22 juin dernier, il termine en mentionnant : « Je réclame votre aide et vous demande d’user des pouvoirs que vous confère la loi pour intervenir à très court terme et m’aider à mettre de l’ordre à Saint-Augustin-de-Desmaures ».

Nous avions dénoncé au lendemain de la publication de cette lettre le fait que Sylvain Juneau, au même titre que tous les autres membres du conseil, savait depuis le début de juin que, compte tenu des différentes étapes à réaliser, aucune dépense importante ne serait et ne pouvait être effectuée avant l’élection d’un nouveau conseil.  Pourquoi dans ce contexte n’avait-il pas mentionné cette information importante dans sa communication avec le sous-ministre ?

Heureusement ce dernier a été perspicace et, malgré la tentative de Sylvain Juneau d’empêcher la tenue d’une rencontre avec les conseillers, cette rencontre a eu lieu, le vendredi 7 juillet dernier.  Il nous a alors été possible de fournir au sous-ministre toutes les informations requises pour lui permettre une prise de décision éclairée. D’ailleurs ces précisions lui ont été corroborées par le directeur-général de la Ville.

La réponse du sous-ministre à la demande de Sylvain Juneau est sans équivoque.  « D’entrée de jeu, je tiens à préciser que le dossier du Centre communautaire Jean-Marie-Roy est de portée locale et qu’aucune infraction aux lois municipales n’est constatée.  Dans ces circonstances, le principe d’autonomie municipale prévaut ».

En plus de reconnaître la légitimité du conseil, le sous-ministre ajoute ce qui suit : « Les décisions à l’égard du Centre communautaire Jean-Marie-Roy seront particulièrement stratégiques et structurantes pour la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures.  Il est fortement souhaitable que le débat politique soit alimenté par le résultat des travaux et analyses en cours au sein de votre administration ».     

Le sous-ministre appuie ainsi nos propos à l’effet que nous devons disposer d’informations complètes, éclairées et objectives, si nous voulons soumettre à la population des solutions concernant l’avenir du CCJMR.

Le sous-ministre conclut en mentionnant : « En novembre et en décembre prochains, le conseil municipal discutera de son plan triennal d’immobilisation et de son budget annuel.  Il s’agirait alors d’un bon moment pour mener un débat éclairé sur l’avenir du bâtiment et du site avec, à l’appui, les analyses fournies par vos services administratifs ».

Tel que nous l’avons déjà expliqué, aucune décision importante quant aux investissements pour le CCJMR ne sera prise avant l’élection d’un nouveau conseil en novembre prochain.  Il n’y a donc pas lieu de tenir des propos inutilement alarmants.

 

Pour Sylvain Juneau, il n’existe qu’une seule alternative concernant de CCJMR, sa démolition. Nous prétendons pour notre part qu’un réel débat doit avoir lieu concernant l’avenir de cet édifice municipal dont la fermeture aurait des conséquences irréversibles et très importantes sur l’offre de services en sport, loisir et activités culturelles à Saint-Augustin-de-Desmaures.

En terminant, bien que nous ayons pris la décision de ne pas nous représenter lors de la prochaine élection municipale, nous entendons demeurer des citoyens actifs, vigilants et engagés.  Nous n’hésiterons pas à intervenir au cours de la campagne électorale, afin de rectifier s’il y a lieu, les dérapages du candidat Juneau car nous souhaitons donner l’heure juste à la population.

X   NON à la censure !img_6150